Accueil > Compétitions individuelles > Semi-rapide > Championnat départemental jeunes 2011

Championnat départemental jeunes 2011

vendredi 16 décembre 2011, par THL

Cette année, c’est le club de Gif-sur-Yvette qui s’est chargé de l’organisation du championnat départemental jeunes le dernier week-end de novembre.

Ce tournoi était qualificatif pour les championnats de ligue en février, eux-mêmes qualificatifs pour les championnats de France des jeunes en avril. Pour se qualifier pour l’étape régionale, il fallait marquer 4 points sur 7 rondes (2 le samedi, 5 le dimanche), ou, dans les catégories à faible effectif (en pratique, les filles et les minimes) finir dans les 4 premiers de sa catégorie en marquant au moins un point sur l’échiquier.

La délégation juvisienne était composée de trois pupilles, Bérénice, Maxime et Tom, et quatre benjamins, Barthélémy, Alexandre, Raphaël et Axel.

Pour Bérénice, l’enjeu était plus la manière que la qualification, et en effet, après une première partie gagnée sans histoire, elle avait déjà son billet pour le championnat de ligue. Elle perdait logiquement la deuxième partie contre le futur vice-champion pour finir la première journée à 1/2. Le dimanche matin commençait mal : au lieu de jouer simple dans une position gagnante, elle cherchait à conclure tout de suite, tournait en rond, et finissait même par perdre au temps avec une pièce d’avance. Un petit speech pour lui dire de ne pas se mettre la pression plus tard, elle se relançait en gagnant sa quatrième partie en ramassant du matériel en prise, puis enchaînait avec un nouveau point contre un adversaire mieux classé. Appariée contre Maxime à l’avant-dernière ronde, peut-être motivée par un enjeu de suprématie interne au club, elle alignait un troisième point d’affilée, puis un quatrième à l’issue d’une attaque impressionnante qui lui rapportait d’abord deux pièces mineures puis un mat contre un adversaire pourtant expérimenté et mieux classé. Au final, un très beau score de 5/7 et une place de vice-championne (ex-æquo avec Amélie Impéror et seulement devancée au Buchholz) venaient récompenser un excellent tournoi.
Auteur d’une très bonne seconde moitié de saison dernière, avec une forte progression récompensée par des performances dans les tournois du Grand Prix, Maxime allait devoir passer à la vitesse supérieure avec un changement de catégorie pour son premier championnat départemental. Le début était à la hauteur : face à un adversaire qui l’avait battu très vite l’année dernière au Grand Prix, il montrait qu’il avait appris de ses erreurs et prenait une revanche méritée. Par contre, à la ronde suivante, Amélie Impéror était encore trop forte pour lui et il s’inclinait logiquement. Il entamait le dimanche par une victoire éclair, qui allait pourtant lui valoir la remarque « ça a marché, tant mieux, mais ne réessaye pas » : je ne peux décemment pas recommander à un enfant de tenter le mat du berger en tournoi ! En tout cas, il m’a écouté : sa partie suivante, contre un adversaire classé 1410, ne devait rien à un piège de début, mais tout à son exploitation des erreurs adverses (preuve, s’il en est encore besoin, qu’il ne faut pas avoir peur du Elo). À 3/4, il ne lui manquait plus qu’un point pour la qualification, mais il devait alors affronter Matthieu Amouroux, clairement trop fort, puis Bérénice qui s’imposait elle aussi. Trop stressé, il perdait très rapidement la dernière partie contre un adversaire pourtant plus abordable. Son score final de 3/7 n’est pourtant pas une déception et laisse au contraire tous les espoirs pour l’année prochaine si ses progrès continuent au même rythme.
Après de très bons débuts en Grand Prix la saison dernière, Tom était lui aussi prêt à tenter de passer à la vitesse supérieure dans son premier championnat départemental. L’appariement de la première ronde n’allait pas lui en laisser tellement l’occasion, avec un adversaire trop fort et expérimenté. J’ai entendu pas mal de choses dans le circuit, mais son récit de sa deuxième partie était inédit pour moi : il m’a tout simplement expliqué que c’était après avoir perdu sa Dame en début de partie qu’il s’était mis à faire attention, et que ça lui avait permis de remonter son retard et de gagner ! Ou comment éviter de trop se faire féliciter après une victoire... Heureusement, il n’allait pas recommencer ce genre de facéties le lendemain et sa nouvelle victoire de la troisième ronde ne souffrait d’aucune contestation. L’appariement de la ronde 4 était plus difficile et Amélie ne lui faisait pas plus de cadeau qu’elle n’en avait fait à Maxime la ronde précédente. Par contre, la ronde 5 allait lui permettre de faire sa perf du tournoi avec une victoire contre un 1410. Il allait malheureusement en rester là, avec pour finir deux défaites contre des joueurs plus expérimentés. Mais il a confirmé un potentiel intéressant, qui pourra lui faire viser la qualification l’an prochain, même avec un changement de catégorie, s’il se débarrasse d’un manque d’attention qui peut lui coûter cher.
Pour ses débuts compétitifs, Barthélémy ne pourra pas dire qu’il a eu des appariements faciles. Dès la première ronde, il se retrouvait face à Axel, et ne déméritait d’ailleurs pas, prenant même l’avantage en milieu de partie, mais il finissait par craquer sous les attaques incessantes de son camarade et perdait du matériel puis la partie. Il réagissait bien à la ronde 2, gagnant une tour en milieu de jeu pour finir la journée à 1/2. Mais le programme du dimanche matin allait être très difficile, avec d’abord Raphaël, puis Simon Amouroux qui cherchait à se relancer après un début de tournoi raté. Malgré une résistance méritoire, il finissait par céder et se retrouvait à 1/4. En contrepartie, cette situation comptable allait au moins lui permettre d’avoir des adversaires plus abordables. Il restait suffisamment motivé pour en battre logiquement deux sur les trois et finir sur un score de 3/7, encore insuffisant pour la qualification, mais beaucoup plus conforme à son niveau de jeu et qui, espérons-le, lui donnera envie de venir retenter sa chance la prochaine fois.
Alexandre avait déjà participé la saison dernière, mais, trop inexpérimenté après seulement deux mois d’échecs, il avait beaucoup souffert. Cette fois, il avait beaucoup plus d’expérience et des progrès à faire valoir. Ce n’était pas encore assez pour venir à bout de Raphaël à la ronde 1, mais les résultats allaient arriver dès la ronde suivante. Une victoire très rapide contre un adversaire pratiquement débutant lui permettait de finir la journée de samedi à 1/2. Le lendemain, il continuait sur sa lancée en profitant sans pitié des erreurs tactiques de ses deux premiers adversaires pour marquer deux autres points et se retrouver à 3/4. Plus qu’un point à faire pour se qualifier ? Oui, mais non, car sa remontée dans le classement allait s’accompagner d’appariements encore trop difficiles pour lui : d’abord Victor Li, puis Alix Dupont lui prenaient logiquement le point, puis il avait la malchance de se retrouver flotteur montant à la dernière ronde contre Simon Amouroux, qui, malgré sa qualification déjà assurée, n’entendait pas lâcher un point dans la course au podium. Mais pour lui aussi, même si ce 3/7 ne lui permet pas de se qualifier, c’est un résultat positif qui vient récompenser son travail et permet d’envisager une qualification dans un an.
Déjà qualifié la saison dernière en pupilles, Raphaël pouvait espérer recommencer, même si un changement de catégorie ne facilite jamais les choses. Après avoir battu Alexandre à la ronde 1, il se retrouvait opposé à Victor Li. La partie allait le montrer à la fois sous son meilleur et son plus mauvais jour : après avoir gagné une pièce, il se relâchait et se faisait planter bêtement un mat dans une position gagnante. Le lendemain, après avoir battu Barthélémy, il enchaînait avec un troisième point avec de la réussite : malgré la perte d’une pièce dans l’ouverture, il profitait d’un craquage de son adversaire pour en regagner deux, et se retrouvait à un point de la qualification. Après une défaite contre un adversaire plus fort, il se retrouvait apparié contre son frère à la ronde 6 avec comme enjeu la qualification pour le gagnant. À l’issue de ce qu’on qualifiera pudiquement de « partie à rebondissements », c’est Axel qui raflait la mise, laissant Raphaël dans l’obligation de gagner la dernière partie. On pouvait craindre à ce moment un appariement contre Lorène Impéror, qui malgré un tournoi moyen aurait été une adversaire redoutable, mais un petit coup de pouce du destin lui attribuait un non classé et il obtenait son quatrième point.
Après avoir raté deux fois la qualification de pas grand-chose, Axel était visiblement décidé à ne pas laisser passer sa chance une troisième fois. Après avoir fait successivement craquer sous la pression Barthélémy puis Alexandre Rodriguez, il était d’ailleurs le seul juvisien à finir la journée de samedi à 2/2. Ce bon départ allait lui valoir un dimanche matin plus difficile, avec au programme, coup sur coup, Quentin Marchal et Colin Moriniaux, les deux plus gros Elo du tournoi, qui finiront d’ailleurs aux deux premières places à l’arrivée. On voyait dans ces deux parties qu’il restait encore une marge et il revenait à 2/4. Pas découragé, il se relançait contre un joueur plus faible, puis assurait sa qualification une ronde avant la fin aux dépens de son frère dans la partie à rebondissements (et très frustrante pour moi quand je vois qu’ils jouent systématiquement beaucoup plus mal l’un contre l’autre que contre n’importe qui d’autre) déjà mentionnée plus haut. Il n’allait d’ailleurs pas en rester là : une superbe partie d’attaque contre Victor Li, où il sacrifiait deux pions pour l’initiative avant de conclure par un mat imparable, lui permettait de finir à 5/7 et sur le podium (4e du tournoi, mais 3e benjamin puisque Colin est minime).


Au final, un bilan extrêmement positif : trois joueurs sur sept qualifiés, et les quatre autres avec un score plus qu’honorable et encourageant pour l’année prochaine. Je remercie aussi Marie-Christine, Alain et Johan pour avoir fait office de chauffeur et de soutien moral. Rendez-vous est pris en février pour les championnats de ligue, et l’année prochaine pour un nouveau championnat départemental où je m’attends à voir d’encore meilleurs résultats. Continuez à travailler et à progresser, votre professeur est fier de vous !